Interventions

 

Rhinoplastie

rhinoplastie_ dessinRhinoplastie : informations détaillées

1.Peut-on faire un nez sur mesure ?
2.Quelles structures peut-on modifier lors d’une rhinoplastie ?
3.Peut-on traiter un problème de cloison dans le même temps ?
4.A quel âge peut-on subir une rhinoplastie ?
5.Quel type d’anesthésie est utilisé ?
6.Quelles sont les suites de l’intervention ?
7.Où sont les cicatrices ?
8.Quand peut-on juger du résultat définitif ?
9.En conclusion

Peut-on faire un nez sur mesure ?

La rhinoplastie reste une des plus délicates interventions de chirurgie esthétique. Elle dépend de facteurs morphologiques, psychologiques, ethniques, techniques.

L’analyse esthétique du visage est primordiale, le nez devant être intégré harmonieusement au reste du visage et à la morphologie générale du patient ; le profil psychologique, aussi, doit être défini soigneusement, pour proposer un nez adapté subtilement au caractère et à la personnalité du patient afin de les respecter.

Il ne doit pas et il ne peut pas y avoir de nez standard.

La technique sera personnalisée, les possibilités de modifications sont larges . Une chirurgie esthétique du nez qui vous correspond parfaitement pourra le plus souvent être réalisée, mais il faut garder à l’esprit que la qualité de la peau (épaisseur, manque d’élasticité) limite parfois ces objectifs. Il est parfois impossible de faire une pointe fine et projetée sur un nez massif, large, à peau épaisse.

La visualisation de photos «avant-après» de cas similaires au votre, permettra d’appréhender le résultat escompté. Une simulation sur des photos prises en consultation sera réalisée par le chirurgien esthétique pour peaufiner la préparation de l’intervention et la compréhension complète du projet . La conception du projet chirurgical de votre rhinoplastie sera le fruit d’une communication poussée où seront abordées toutes vos aspirations d’un côté et seront transmises toutes les possibilités réalistes de changement que le chirurgien pourra réaliser.

Quelles structures peut-on modifier lors d’une rhinoplastie ?

L’arête du nez

Trop bombée de profil (bosse), il faut la diminuer; trop large de face, il faut l’affiner; déviée, on peut la redresser. Trop plate, il faut lui apporter un matériel (greffe de cartilage, d’os ou implant) pour donner une arête fine et projetée à un nez épaté naturellement (nez asiatique ou africain par exemple) ou après un traumatisme important (nez de boxeur) ou parfois un rattrapage de rhinoplastie primaire excessive.
On parle alors de rhinoplastie d’augmentation.

La pointe du nez

Tombante, elle sera relevée. Trop longue, elle peut être raccourcie. Trop aplatie ou mal “dessinée”, elle sera reconstruite.
Une modification radicale est le plus souvent possible associant résection, restructuration et apposition.
Un remodelage pour affiner une pointe trop large ou trop carrée, peut d’ailleurs se concevoir seule, sans toucher au reste du nez. On parle alors de rhinoplastie de pointe.

Les narines

Trop larges ou trop épaisses pourront être réduites au prix d’une petite cicatrice cachée dans le creux arrondi à la base des ailes du nez, au sommet du sillon naso-génien, creux délimitant la jonction entre la joue et la lèvre blanche.

Peut-on traiter un problème de cloison dans le même temps ?

Oui, il est parfois nécessaire de redresser une cloison nasale déviée, source d’une gêne respiratoire. Elle participe éventuellement à la déviation de l’ensemble et son traitement fait partie du projet esthétique.
Par ailleurs, tout problème fonctionnel à type de nez bouché, tendance aux rhinites allergiques ou même sinusites sera recherché. Une consultation préopératoire chez un médecin ORL sera demandée et un traitement médical ou chirurgical pourra être associé au geste purement esthétique au moindre doute.

A quel âge peut-on subir une rhinoplastie ?

La rhinoplastie peut se pratiquer dès 16 ans, âge de fin de croissance et de développement du nez. Il est malgré tout conseillé d’attendre 18-20 ans avant de prendre ce genre de décision, en toute connaissance de cause et en dehors d’une crise de post-adolescence.

De la même façon, une rhinoplastie s’avère très efficace en complément d’un lifting dans un objectif de rajeunissement jusqu’à 65-70 ans.

Quel type d’anesthésie est utilisé ?

Le plus souvent pratiquée sous anesthésie générale, la rhinoplastie peut parfois être réalisée sous sédation profonde (neuroleptanalgésie) associée à une anesthésie locale.

Dans certains cas de modification très localisée (de la pointe ou des narines), une anesthésie locale pure est envisageable.

Quelles sont les suites de l’intervention ?

L’hospitalisation est courte, 12 à 36 heures maximum. Les suites sont quasiment indolores.

Au réveil, vous aurez soit des mèches grasses ou des mini éponges douces qui bouchent les narines, soit des tubes siliconés qui laissent passer l’air. Les mèches seront retirées à la sortie de clinique le plus souvent, mais parfois gardées quelques jours, si une septoplastie (= redresser la cloison interne), a été associée.
Un plâtre ou une attelle en résine sur le nez sera gardé 6-8 jours. Pendant cette période, les paupières inférieures et le haut des joues sont gonflés et présentent des ecchymoses (bleus) plus ou moins marquées. Des masques au sérum physiologique froid seront prescrits. Les marques sont maximum à la 48éme heure.
Les lavages à l’eau de mer seront pratiqués 4 à 5 fois par jour après ablation des mèches.

Où sont les cicatrices ?

Les cicatrices habituellement sont  muqueuses essentiellement, cachées à l’intérieur du nez, faites avec des fils résorbables. Parfois, en cas de narines trop longues ou trop larges, il est possible de les diminuer et la cicatrice sera alors très peu visible, camouflée dans le creux autour de la narine.
Enfin, notamment pour un travail de pointe important ou dans certains cas de rhinoplastie complexe , une petite incision très discrète d’environ 3 mm sera pratiquée sous la pointe du nez entre les 2 narines (columelle), on parle de voie ouverte.

Quand peut-on juger du résultat définitif ?

Le nez évolue sur une longue période de 6 à 12 mois.
Après 10 à 15 jours, vous êtes socialement présentable.
Après 2 mois, le résultat d’une rhinoplastie est proche de l’aspect définitif (85%). Les détails du contour du nez, notamment de la pointe, apparaîtront progressivement ensuite pendant l’année qui suit.
Le nez est normalement solide après ces 2 mois et toutes les activités notamment sportives sont alors autorisées.
Le soleil est interdit pendant un mois après une rhinoplastie.
Si des petits défauts comme des irrégularités ou une légère asymétrie de la pointe apparaissent, un temps complémentaire en général sous anesthésie locale est envisageable, mais pas avant 6-8 mois.

En conclusion

La rhinoplastie est une intervention maintenant bien codifiée, qui se déroule de façon maîtrisée et planifiée. Les approches les plus modernes permettent de projeter une véritable reconstruction sur mesure et originale du nez. Il faut oublier l’image des nez refaits stéréotypés (poupée Barbie, nez en trompette, pointe de nez trop pincée) qui sautent aux yeux. On ne doit plus hésiter à se faire opérer si on en ressent un besoin profond, ancien et fixe. Les craintes ne doivent plus exister face à cette chirurgie. On est en droit d’espérer un nez d’aspect naturel et parfaitement adapté à sa personne. Il est par contre fondamental de s’adresser à un réel spécialiste en la matière pour espérer le meilleur résultat d’emblée. Les reprises sont possibles mais toujours plus délicate.

Rhinoplastie : définition et photos de résultats